Investissements d'avenir

SATT : 5 projets retenus

De véritables guichets uniques de proximité pour améliorer le service rendu aux chercheurs et aux entreprises. Ils faciliteront l’action des pôles de compétitivité en matière de transfert technologique.

Mis en ligne le

5 sociétés d’accélération du transfert technologique (SATT) retenues à ce stade par le jury international, parmi 15 projets reçus lors de l’appel à projets SATT. Il s’agit de :  

  • Connectus Alsace : Université de Strasbourg / CNRS / université de Haute-Alsace / INSERM / INSA Strasbourg / ENGEES
  • Lutech : Paris Sorbonne Universités, Paris sciences et lettres, universités technologique de Compiègne, Institue Curie, INSEAD, CNRS,
  • Midi Pyrénées : PRES université de Toulouse / CNRS
  • Idf Innov : Sorbonne Paris Cité, Université Paris Est, université de Cergy Pontoise, CNRS, INSERM
  • PACA – Corse : Université de la Méditerranée / université de Provence / université Paul Cezanne / université du Sud Toulon Var / université de Nice Sophia Antipolis / université d'Avignon et des Pays du Vaucluse / université de Corse / CNRS / INSERM / ECM (Ecole centrale de Marseille).

D’autres projets pourraient être labellisés ultérieurement sous le contrôle de la présidente du jury.

900 millions d’euros sont dévolus aux sociétés d’accélération du transfert technologique (SATT). Elles vont permettre de constituer des guichets uniques de la valorisation de la recherche publique. Les SATT joueront un rôle de professionnalisation des équipes de valorisation et de renforcement des compétences, notamment des sites universitaires. Les SATT se substitueront aux multiples dispositifs coexistant sur un même site pour constituer de véritables guichets uniques de proximité pour améliorer le service rendu aux chercheurs et aux entreprises. Elles assureront le financement des phases de maturation et de preuve de concept avant commercialisation sous la forme de droit de propriété intellectuelle ou de créations d’entreprises innovantes et d'emplois hautement qualifiés à partir des travaux de recherche des laboratoires de leur périmètre. Sociétés à vocation locale (SAS), les SATT seront détenues majoritairement par des groupements d’établissements et d’organismes de recherche.

En lien avec les pôles de compétitivité et leur écosystème, elles devront gérer les activités de valorisation au sein d’écosystème constitué des laboratoires et des entreprises. Les SATT ne seront pas des concurrentes des pôles, mais bien un outil supplémentaire à disposition de leurs membres et de leur écosystème. 

Informations annexes au site