Événement

Premier bilan de la politique des pôles de compétitivité en Conseil des ministres

Le bilan des pôles de compétitivité
Le ministre délégué à l’industrie et le ministre délégué à l’aménagement du territoire ont présenté une communication sur le bilan des pôles de compétitivité

Mis en ligne le

La politique des pôles de compétitivité a atteint son objectif : rapprocher les entreprises, les laboratoires publics et les établissements d’enseignement supérieur en s’appuyant sur la proximité et la solidarité territoriales. Tous les pôles de compétitivité sont aujourd’hui opérationnels. Une dynamique durable est engagée. Les moyens financiers publics annoncés (1,5 milliard d’euros sur trois ans en provenance de l’État et de ses agences) sont mis en œuvre selon le rythme prévu.

540 millions d’euros de financements ont déjà été engagés au profit de projets portés par les pôles de compétitivité :

  • 230 millions d’euros versés par l’État pour les aides à la recherche et au développement ;
  • 310 millions d’euros versés par les agences (80 millions d’euros en provenance de l’Agence de l’innovation industrielle, 200 millions d’euros de l’Agence nationale de la recherche et 30 millions d’euros d’Oseo Anvar).

L’ensemble de ces financements bénéficie pour une large part aux PME, qui représentent 40 % des entreprises bénéficiaires des soutiens provenant du fonds unique. Les exonérations fiscales et sociales, attribuées dans les zones de recherche et développement pour encourager les synergies de proximité, feront par ailleurs l’objet d’une simplification. Ces aides sont complétées par les collectivités territoriales, à hauteur de 100 millions d’euros. Au total, les projets des entreprises soutenus à ce stade représentent un montant de dépenses de recherche et développement de 1,8 milliard d’euros. L’analyse des projets montre une concentration sur les secteurs porteurs des plus forts enjeux pour notre économie : technologies de l’information et de la communication, énergie, santé, biotechnologies, aéronautique et transports. En tenant compte des premiers retours d’expérience, l’accent sera mis dans les prochains mois sur l’accélération du développement international des pôles et sur la mobilisation des financements en capital investissement, au travers notamment des forums du financement de l’innovation et de la compétitivité organisés dans les régions. Le succès de cette politique industrielle et d’aménagement du territoire novatrice contribue à l’orientation favorable des indicateurs économiques français : amélioration de la croissance, reprise des investissements manufacturiers et hausse attendue des dépenses de recherche et de développement.

Informations annexes au site