Alsace BioValley lance des appels à projets bilatéraux pour les entreprises et laboratoires alsaciens de la filière Santé

Le pôle fait le choix d’agir concrètement pour répondre aux préoccupations des entreprises de sa filière : oui au développement international, à condition qu’il rapporte un vrai « business ».

Mis en ligne le

« Un développement à l’international qui doit rapporter »

À cet effet, Alsace BioValley lance des appels d’offres bilatéraux pour financer des collaborations entre des entreprises et laboratoires alsaciens et internationaux.  Deux exemples pour illustrer son effort.

L’exemple québécois

Le pôle Alsace BioValley a signé un accord avec le Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM). Cet accord prévoit de lancer, sur la période 2011-2013, plusieurs appels à projets thématiques où, chercheurs publics comme entreprises, québécois comme alsaciens, peuvent soumettre un projet de collaboration commun.

Les projets déposés sont examinés par un comité d’évaluation, constitué d’experts internationaux, qui accorde son label aux projets les plus pertinents.

Une fois labellisés, ces projets sont ensuite présentés dans le cadre de cofinancements bilatéraux.

Plusieurs projets de collaboration alsaco-québécois vont démarrer dans les prochains mois, portant sur :

  • L’identification de nouveaux biomarqueurs pour les cancers neuroendocriniens. Porté par la société Caprion Proteomics à Montréal), en collaboration avec l’Institut des neurosciences cellulaires et intégratives de l’Université de Strasbourg.
  • Les complexes récepteurs-effecteurs actifs in vivo : imagerie, biologie et thérapie. Porté par l’Institut de génétique et de biologie moléculaire et cellulaire et l’Institut de Recherche en immunologie et cancérologie de l’Université de Montréal en collaboration avec la société Domain Therapeutics à Illkirch et la société Mispro à Montréal.
  • Le développement de 2 plateformes synergiques d’imagerie et de bio-simulation pour améliorer la découverte de médicaments dans les maladies du système nerveux central. Porté par la société Rhenovia Pharma à Mulhouse et la société Photon etc. à Montréal en collaboration avec le département de neurophotonique, du Centre de Recherche Robert Giffard, de l’Université Laval à Québec.

L’exemple israélien

Fort de ce premier succès, Alsace BioValley a signé un autre accord du même type avec le MATIMOP, Centre Israëlien de l’industrie pour la R&D, en partenariat avec deux autres pôles santé français, Lyon Biopôle et Cancer-Bio-Santé. Cet accord devrait également déboucher dans les prochains mois sur le lancement d’appels d’offres bilatéraux dont les projets de R&D qui en découleront bénéficieront de cofinancements.

Informations annexes au site