Pôles de compétitivité
Rechercher :

Projet abouti

BioressourcesBiotechnologies / Santé

Sealacian : un petit requin pour lutter contre le cancer

Mer Bretagne Atlantique, 

Copyright Kelia.

Identifier et développer de nouvelles molécules anticancéreuses chez la roussette.

Le projet Sealacian a été labellisé par le pôle Mer Bretagne en 2006 puis aidé dans le cadre du 1er appel à projets du fonds unique interministériel (FUI).

Identifier et développer des molécules anti-cancéreuses chez la roussette

Au moment où près de 8 millions de personnes meurent chaque année du cancer dans le monde, de nouvelles stratégies anti-cancéreuses naturelles sont en cours de développement. Elles viendront alors compléter l’offre de traitements actuels qui repose sur la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie et l’hormonothérapie. On a observé par ailleurs que les poissons sélaciens, dont la roussette et le requin, développaient très peu de cancers. Le projet Sealacian a alors été mis en place ; il visait à identifier et développer de nouvelles molécules anticancéreuses chez la roussette.

Un projet mené sous l'impulsion de C.RIS Pharma à Saint-Malo et du laboratoire de biologie marine à Caen

Le projet a été piloté par la société C.RIS Pharma, PME située à Saint-Malo, spécialisée dans le développement pré-clinique pilotait le projet.

Ont également participé au projet :

Les premières retombées

  • Résultats, produits, prototypes, démonstrateur, services issus de la R&D : des fractions de protéines de roussettes ont été extraites et testées sur des lignées anti-cancéreuses. Celles qui présentaient un effet anti-cancéreux ont été identifiées. Puis les protéines ont finalement été synthétisées chimiquement.  Après formulation, les candidats les plus prometteurs sont alors passés au stade pré-clinique, afin de subir des tests de toxicité réglementaire et d’activité anticancéreuse in vivo.  Parmi ces protéines, quatre molécules  se sont révélées non-toxiques et extrêmement actives pour la lutte contre le cancer. Les molécules ont été revendues à la société Kélia spécialisée dans la caractérisation de nouvelles molécules à activité thérapeutique.
  • Brevet : 1
  • Thèse : 1
  • Création d’emplois : 5
  • Perspectives : En mars 2011, la société Kélia poursuivait le développement préclinique des molécules anticancéreuses. Le but était de pouvoir les revendre à un groupe pharmaceutique pour la réalisation des essais cliniques et la mise sur le marché des médicaments. De plus, Kélia a mis en place le projet Peptisan complémentaire du projet Sealacian. Ce projet vise à identifier d’autres molécules bioactives contre plusieurs autres pathologies et à améliorer les vecteurs développés au cours du projet Sealacian.  

 

Les pôles de compétitivité
DATAR et Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie

http://competitivite.gouv.fr/index.php?id=576