Pôles de compétitivité
Rechercher :

Projet abouti

TICTransportsVéhicules à pilotage automatique

SeaExplorer : un planeur autonome pour l'exploration sous-marine

Mer Méditerranée, 

Copyright ACSA

Retrouver des boites noires dans la mer, localiser des émetteurs de détresse après un accident d’avion, identifier des pollutions marines, mesurer les caractéristiques physico-chimique de l'environnement.

Le projet SeaExplorer a été labellisé en 2006 par le pôle Mer Paca. Il a bénéficié d’une aide dans la cadre du 3e  appel à projets du Fonds unique interministériel (FUI). Il est à présent abouti. Les premières retombées scientifiques et économiques sont à présent perceptibles.

Un système autonome, silencieux, adapté à l’exploration sous-marine

Le projet SeaExplorer visait la mise sur le marché d’un nouveau système d’exploration sous-marine. Il marque une rupture technologique par rapport aux systèmes existants. En effet, les systèmes traditionnels disposent de batteries rechargeables, de pièces très fragiles comme les ailes, ou des parties mobiles externes. Le projet SeaExplorer consistait en un planeur sous-marin, autonome, inhabité et propulsé uniquement par gravité et ballastages cycliques. Le planeur était prévu pour être lourd en surface et avoir tendance à « tomber ». Sa forme permet de planer. Une fois arrivé à une immersion maximale, un ballast lui permet de devenir léger et de planer vers la surface. L’engin avance donc selon une série de cycle « montée-descente ». Il dispose d’une énergie de plusieurs mois de navigation.

Disposant d’une très longue autonomie, il est aussi silencieux. Il dispose de capteurs et de modules de localisation le rendant particulièrement adapté à la connaissance de l’environnement sous-marin. Il est capable de mesurer in situ différents phénomènes physiques tels que le courant, la température, la salinité, les concentrations de certains constituants, dont polluants, contaminants chimiques.  

A titre d’exemples,  le planeur pourrait permettre de retrouver très efficacement des boites noires ou des émetteurs de détresse après un accident d’avion au-dessus de la mer, de localiser de façon précise des pollutions maritimes.

Les partenaires du projet

  • SeaExplorer est porté par la société ACSA, PME du groupe ALCEN équipementier spécialisé dans le positionnement & la robotique sous-marins. ACSA est une PME de haute technologie spécialisée dans les applications sous-marine du GPS et demain Galiléo.  
  • Elle s'appuie sur l’expertise d’ACRI pour les calculs et simulations hydrodynamiques. ACRI est une société privée spécialisée en  techniques d'observation (in-situ et satellitale) et de modélisations.  
  • Ifremer pour l'étude du système de ballastage à haut rendement,
  • le Laboratoire d'Océanologie de Villefranche
  • le CNRS de Marseille pour l'étude des charges utiles scientifiques et la spécification des missions types.

Enfin, ce projet est supervisé par le GESMA capable d’effectuer des études, expertises et évaluations dans les domaines de la robotique navale. C’est un centre technique de la direction générale de l’Armement.

Les premières retombées technologiques et économiques

  • Résultats, produits, prototypes, démonstrateurs issus de la R&D

Les travaux ont portés sur des études de définition de l’engin : une maquette en vol permettant des essais en bassin, puis un prototype pour réaliser des essais en mer. Enfin, des démonstrateurs étaient prévus pour effectuer des campagnes de mesures en mer. Dès 2008, la maquette en vol a été testée avec succès en bassin. En 2009, le prototype a été testé en bassin. En 2010, des essais en mer du prototype ont eu lieu. La réalisation des démonstrateurs a commencé fin 2010. Le planeur a fait l'objet d'une première mission en haute mer au large de Nice, en novembre 2011. Cette navigation menée avec succès a permis de valider l'ensemble des fonctions de l'engin, notamment l'efficacité de son mode de pilotage à distance  via des communications par satellites.  &nb

  • Brevets : en cours
  • Conférences, colloques : 3
  • Créations d'emplois : 3
  • Perspectives : faire émerger une offre française consolidée et compétitive disponible dès la fin 2011. En 2012, 2 planeurs de pré série feront l'objet d'évaluations intensives au profit du CNRS, ainsi que par la DGA et l'Ifremer.

Les pôles de compétitivité
DATAR et Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie

http://competitivite.gouv.fr/index.php?id=576