Pôles de compétitivité
Rechercher :

La 13e journée nationale des pôles de compétitivité

La 13e Journée Nationale des Pôles de compétitivité s'est tenue à Bercy, le 24 janvier 2014 avec pour thème : « La nouvelle phase de la politique des pôles de compétitivité : une dynamique réaffirmée en faveur des PME ».

Le renforcement de l’accompagnement des PME par les pôles de compétitivité, pour créer plus de valeur dans les territoires, est en effet l’un des objectifs de la nouvelle phase de la politique des pôles lancée en 2013 pour une durée de 6 ans. Quatre domaines d’intervention ont été tout particulièrement ciblés : l’accès au financement, l’internationalisation des entreprises, l’accompagnement des PME et l’anticipation des besoins en compétences. Les PME occupent en effet une place de tout premier plan dans les écosystèmes d’innovation que représentent les pôles. Parmi les 7547 entreprises membres des pôles, 86 % sont des PME et 12 % des entreprises de taille intermédiaire (ETI).  

Cette journée avait pour objectif d’échanger sur différentes pratiques en matière d’accompagnement des PME et de faire connaître des acteurs qui peuvent apporter leur soutien à la dynamique des pôles pour que les « usines à produits d’avenir » deviennent réalité.

  • Ouverture par M. Benjamin Gallezot, adjoint au Directeur général de la compétitivité, de l’industrie et des services, DGCIS
  • Intervention de M. Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif  

Table-ronde n°1 « Relations entre PME et grands groupes : je t’aime, moi non plus ? »

Cette table-ronde était animée par Véronique Barry, sous-directrice en charge de l’innovation à la DGCIS. Elle a été l’occasion pour Pierre Pelouzet, Médiateur des relations interentreprises, d’exposer les enjeux de sa mission de médiation.

La Médiation des relations interentreprises contribue à instaurer un environnement favorable à la croissance et à la compétitivité des entreprises, qu’elles soient donneurs d’ordre ou fournisseurs, en particulier dans les écosystèmes d’innovation que représentent les pôles de compétitivité. Elle apporte un réseau d’interlocuteurs discrets et proches des entreprises pour faciliter le dialogue en cas difficultés. Dans 80 % des cas, les médiations aboutissent à un accord conforme aux intérêts des deux parties.

En s’appuyant sur des outils préventifs tels que la Charte et le Label « Relations fournisseurs responsables. », la Médiation a pour principales missions :

  • d’offrir un recours gratuit et confidentiel en médiation à toute entreprise s’estimant victime de pratiques abusives, de la part d’un client ou d’un fournisseur, avec 3 modes de saisine possibles (médiation individuelle, collective ou de branche) ;
  • d’améliorer durablement l’équilibre des relations inter-entreprises en suivant les pratiques contractuelles des entreprises et des filières et en animant la Charte des relations inter-entreprises ;
  • de proposer des évolutions ou réformes souhaitables de textes législatifs ou règlementaires.

Les initiatives lancées par les pôles pour renforcer les relations entre PME et grands groupes, au-delà des questions d’innovation et des projets collaboratifs, sont nombreuses et diversifiées, Avec d’autres acteurs, les pôles ont vocation à contribuer à l’émergence d’un nouvel équilibre de ces relations. En matière d’internationalisation des PME, le pôle Aerospace Valley a par exemple développé une action de volontaires internationaux en entreprise (VIE) mutualisés. Cette action consiste à faciliter la mutualisation par plusieurs PME d’un VIE, dispositif géré par l’Agence française pour le développement international des entreprises Ubifrance. Un VIE est ainsi partagé par plusieurs PME et bénéficie du soutien logistique et de l’hébergement d’un grand groupe, membre du pôle, à l’étranger. Le pôle Plastipolis a quant à lui présenté les actions de pacte PME dont il est membre depuis 2010. Enfin, une autre initiative, portée par le pôle Techtera, consiste à proposer des ateliers de mise en relation entre des grands comptes et des PME pouvant répondre à leur besoin d’achat innovant. Il s’agit d’une prestation payante pour le grand compte qui lui donne accès à un portefeuille de prestataires qualifiés et rigoureusement sélectionnés, selon un processus piloté par le pôle.

Table-ronde n° 2 « Oser l’innovation sous toutes ses formes pour rencontrer le marché »

Pierre Jandet, conseiller en charge de l’innovation à la DATAR animait cette 2e table ronde. Celle-ci était consacrée aux actions des pôles en faveur d’innovation non technologique et leur effet levier pour aller à la rencontre du marché.

Il s’agit par exemple du design dont M. Alain Cadix, auteur du rapport « Pour une politique nationale de design » a présenté les enjeux, suivi par le pôle Maud qui a témoigné de son expérimentation de « designer en résidence ».

Au-delà, il s’agit également de l’impact des usages sur l’innovation. Mesurer l’appréciation portée par le consommateur sur une innovation représente un enjeu stratégique et les projets de laboratoires d’usage se multiplient pour tester des services, des outils et des usages nouveaux. Deux pôles ont témoigné de leur pratique en la matière : le pôle de compétitivité des industries du commerce fait partager son expérience en matière de projets d’innovation d’usage autour du commerce connecté et de la relation client ; Imaginove présente sa participation à un laboratoire de nouveaux services urbain à grande échelle qui met à la disposition des entreprises, des start-up et des PME en particulier, des conditions pour innover, développer les services de demain pour les usagers et favoriser ainsi leur accès au marché.

  • Intervention de Mme Fleur Pellerin, ministre déléguée chargée des PME, de l’innovation et de l’économie numérique
  • Intervention de M. Pascal Faure, Directeur général de la compétitivité, de l’industrie et des services (DGCIS)

Table-ronde n° 3 « L’accompagnement individuel des PME, comment construire un parcours global

 M. Romain Vidal, chef du service Réseaux d’entreprises et clusters (Région Île-de-France) animait la 3e table ronde. Elle portait sur la capacité des pôles à proposer des parcours complets à leurs membres en matière d’accompagnement individuel.

Le pôle Solutions Communicantes Sécurisées a présenté son programme d’accompagnement des PME et TPE qui permet en particulier aux entreprise d’être plus efficaces lorsqu’elles cherchent à renforcer leur niveau de fonds propres. Ce programme a ainsi pour objectif de les aider dans l’élaboration, la préparation et la présentation de leur Business Plan. Arve Industries a développé le label Mont-Blanc Excellence Industries, outil différenciant et structurant pour les entreprises adhérentes au pôle. Ce label leur permet de gagner en compétitivité par une démarche de progrès continu, d’accélérer leur développement stratégique et de participer à une dynamique collective d’excellence. Il s’adresse également aux donneurs d’ordre. Le pôle Cap digital a témoigné du soutien intensif qu’il apporte à des startups et des PME afin qu’elles soient en mesure d’accéder rapidement à de nouveaux marchés internationaux et d’accélérer leur croissance. Enfin, Réseau Entreprendre a exposé les enjeux de l’accompagnement par des chefs d’entreprise des créateurs ou repreneurs d’une PME.

Table-ronde n°4 « L’anticipation des besoins en compétences »

Mme Rachel-Marie Pradeilles-Duval, Adjointe au chef du service de la stratégie de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle (MESR) animait cette dernière table ronde consacrée aux besoins en compétences et leur nécessaire anticipation.

L’innovation est à l’origine de nouvelles exigences en termes de compétences. Conserver une longueur d’avance sur son développement, envisager les compétences nécessaires à l’industrialisation et la commercialisation des résultats de la R&D, autant de questions auxquelles les pôles de compétitivité peuvent élaborer une réponse collective. Le pôle Alsace BioValley a présenté son projet de création d’une Usine-école EASE (European Aseptic and Sterile Environment), initié en 2009. Cette initiative, conçue comme un accélérateur du rapprochement entre le monde académique et l’industrie, est pilotée depuis fin 2013 par l’Université de Strasbourg, le pôle restant membre du comité de pilotage. Le pôle Eurobiomed a contribué à l’élaboration d’un master « Biotin  » répondant aux besoins des entreprises, en lien avec l’université de Montpellier2. Les entreprises membres du pôle ont contribué à l’élaboration du programme d’enseignement. Le pôle européen de la céramique a travaillé sur l’anticipation des besoins en compétences des entreprises, en lien avec la Direccte et le pôle Elopsys. Le représentant du réseau des Vice-Présidents « Formation et Vie Universitaire » présente le rôle des universités dans l’anticipation des besoins en compétences.

Tout au long de cette journée des temps d’échanges, de questions-réponses sont organisées pour témoigner sur les pratiques des pôles, discuter des difficultés opérationnelles liées à la mise en œuvre des actions et échanger sur les bonnes pratiques des pôles. Différents acteurs de l’innovation et de l’accompagnement des PME, tels Ubifrance, l’INPI ou Pacte PME, se mettent à la disposition des pôles pour répondre aux questions et présenter les dispositifs de soutien à la mise en œuvre d’actions d’accompagnement.

Questions-réponses avec des représentants du comité de pilotage de la politique des pôles de compétitivité

Intervention de M. Michel Derrac, Directeur à la délégation interministérielle à l'aménagement du territoire et à l'attractivité régionale (DATAR)

 

Les pôles de compétitivité
DATAR et Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie

http://competitivite.gouv.fr/index.php?id=1011